16 # Mise en Abîme.

ShadowTheWorldOfGeekAndBooks

20190526_093535

Titre : « Mise en Abîme / Les enquêtes d’Hugo DELATOUR »
Auteur : L A  BAILEY
Genre : Polar
Éditeur : autoéditions
Nombres de pages: 226
Prix Broché: 12€66

Résumé du livre:

Hugo Delatour est de retour dans le sud de la France. La vie au soleil pourrait paraître douce et paisible. Mais les champs d’oliviers et le chant envoûtant des grillons cachent des réalités plus sinistres. Quand le squelette d’un enfant est découvert lors de fouilles archéologiques, Hugo n’a pas d’autres choix que d’affronter son propre passé. Entre sacré et sacrilège, ombre et lumière, où se cache la vérité ? Serez-vous prêt à accompagner Hugo dans son voyage ?

Ma critique:

Tout d’abord, je souhaite remercier l’auteure L.A Bailey qui a décidé de me faire confiance une nouvelle fois via le site internet SimplementPro.

Je suis très contente d’avoir continué les aventures de notre cher Hugo DELATOUR avec…

Voir l’article original 467 mots de plus

Découvrez MISE EN ABÎME, seconde partie de ma trilogie.

Si Danse Macabre est la (re)naissance d’Hugo, MISE EN ABÎME est la mise en lumière des personnages centraux. On y découvre leurs passés, leurs blessures.

Les Enquêtes d’Hugo Delatour ne sont pas seulement des romans policiers, on y retrouve le roman psychologique et un soupçon d’horreur, un brin d’humour noir. Il y a également une histoire d’amour. Je voulais quelque chose de différent, d’impossible à classe et de profondément humain.

Réédition de Danse Macabre, mon premier roman.

L’année 2019 commencera par une réédition de mon premier roman, Danse Macabre. À l’origine, je l’ai écrit durant l’été 2016. Le personnage d’Hugo Delatour était né quelques années auparavant. Je l’ai publié une première fois en juillet 2017. Comme je l’ai confié à Magali Rissay, une auteure/ autrice que j’ai connue sur Twitter, j’ai commis toutes les erreurs possibles et imaginables. Publication pleine de fautes d’orthographe, mauvaise mise en page et couverture aussi subtile qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine… Que le Dieu de l’auto-édition me pardonne !

Aujourd’hui, je savoure et je prends ma revanche. J’ai fait corriger le manuscrit professionnellement, j’ai réécrit certains passages et ajouté un incipit. Danse Macabre sera publié à nouveau en février 2019, par une auteure qui a plus d’expérience, qui sait ce qu’elle veut et qui elle est. Mon univers prend forme. J’ai même créé ma propre couverture et un «booktrailer» dont je suis assez fière 😁.

Jeux de Morts et de Miroirs : les faits et la fiction.

Ce week-end, j’ai travaillé sur mon troisième roman. J’ai effectué les premières corrections et réécriture. Ce n’est pas tout. J’ai également trouvé le titre final pour mon prochain roman mais il est encore trop tôt pour le révéler. J’oubliais, j’ai également créé la couverture du roman et le « book trailer ». Je vais les laisser reposer pour les reconsidérer plus tard et vérifier qu’ils correspondent bien à ce que je veux mettre en avant du roman.

JDMM est un roman, une fiction. Il est inspiré de faits réels et pas seulement de faits historiques. Dans la région de l’Angleterre où je vis, il y a eu beaucoup de CSE ou « Child Sexual Exploitation ». Ce phénomène implique souvent des enfants issus de milieux défavorisés qui sont « apprivoisés » à coups de drogues et boissons alcoolisées en échange de faveurs sexuellles. Pour résumer, des adultes les manipulent et s’arrangent pour les rendre totalement dépendants afin de parvenir à leurs fins, la prostitution. En tant que professeur dans un collège, j’ai suivi la formation pour identifier les potentielles victimes de ce genre de pratiques. Je me souviens avoir lu le témoignage d’une des victimes Girl A : The Thruth about the Rochdale Sex ring by the victim who stopped them.

Chaque page du livre est une claque en pleine figure. On ne sort pas indemne de cette lecture parce qu’elle met à mal bien des certitudes. CSE est une machine bien rodée et créée dans le but de détruire et d’asservir ses victimes. Ce serait nous mentir que de nous dire ce genre de choses n’arrive qu’en Angleterre. L’horreur de cette réalité, c’est qu’elle pourrait arriver à n’importe qui, malheureusement.

Ce nouveau roman est plus sombre que les précédents et est également plus complexe. Je dirais qu’il y a un soupçon de Da Vinci Code, de musique grunge, d’histoire de France, de philosophie et d’humanité.

Bilan de l’année 2018 et projets pour 2019

 

 

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas écrit un article sur mon blog. A vrai dire, depuis septembre j’ai été très occupée. Je travaille en ce moment même sur la réédition de Danse Macabre, mon premier roman qui aura lieu en janvier/février 2019. Cette année 2018 touche à sa fin et l’heure des bilans est bientôt arrivée. Que dire ? Ce fut une année d’apprentissage, avec de l’enthousiasme, quelques erreurs en chemin mais de la sincérité tout au long. Ce fut aussi une année de rencontres et d’échanges. J’ai également compris, malgré les périodes de doutes, que je suis déterminée à porter mon projet d’écriture.
Ce qui m’amène à vous parler de mon troisième roman, JDM. Je révèlerai le titre quand le moment sera venu. Je suis en pleine réécriture avant de l’envoyer à ma correctrice. JDM est sans doute mon projet le plus ambitieux et deviendra le plus abouti. On y retrouve mes thèmes de prédilection : Versailles, la part obscure qui sommeille en chacun de nous, le passé des personnages qui les rattrape ; leurs secrets, ces levers de rideau ou ces couperets de guillotine… En réécrivant, je prends conscience de mon évolution. Les personnages s’écrivent d’eux-mêmes, l’intrigue devient plus complexe. Le seul conseil que je donnerai à un futur auteur serait celui-ci : écris, toujours, encore car c’est comme ça qu’on s’améliore et que l’on devient soi-même. C’est à force de chercher que l’on trouve un chemin. J’aimerais vous en dire plus mais chut… Le petit bélier que je suis doit tenir sa langue et faire l’apprentissage de la patience.

Les enquêtes d’Hugo Delatour – Mise en abîme – L.A. Bailey – 2018

Un retour vraiment adorable sur Mise en Abîme.ki

Les chroniques de Lee Ham

Quatrième de couverture

Hugo Delatour est de retour dans le sud de la France. La vie au soleil pourrait paraître douce et paisible. Mais les champs d’oliviers et le chant envoûtant des grillons cachent des réalités plus sinistres. Quand le squelette d’un enfant est découvert dans un champ de fouilles, Hugo n’a pas d’autres choix que d’affronter son propre passé. Entre sacré et sacrilège, ombre et lumière; où se cache la vérité? serez-vous prêts à accompagner Hugo dans son voyage?

Mon avis

Hugo Delatour se repose dans le sud de la France. Mais, pas pour longtemps. Un message intrigant l’invite à enquêter sur une histoire hors norme. Un cadavre sur un site archéologique. Dès lors, il nous entraîne dans une enquête à rebondissements multiples. Qui est ce squelette? Quelle est son histoire?

Nous entrons de plein pied dans une enquête qui n’a rien de reposant. A la recherche d’évènements qui…

Voir l’article original 307 mots de plus

Les origines d’Hugo Delatour : contre le « Brexit blues », un hymne à l’amour et à la tolérance.

À L’exception de quelques poèmes, d’une nouvelle récompensée au collège, je pensais en avoir fini avec l’écriture. Il faut dire que j’avais réussi à bâtir une vie assez agréable (un travail passionnant, un mariage heureux, un enfant).
Un évènement cependant allait remettre en question ce que j’avais mis quatorze ans de ma vie à construire. Il s’appelle Brexit et demeure suspendu au-dessus de nos têtes (je ne parle pas seulement des français mais aussi de tous ces anglais qui ne se reconnaissent pas dans ce vote) comme une épée de Damoclès.
Que pouvais-je faire ?
Pleurer : déjà fait. Résister : en cours…
Créer, unir, écrire ou rassembler plutôt que diviser. Ce n’est pas un hasard si mes personnages sont de nationalités différentes. Hugo est français, Éva est anglaise. Ce n’est pas une coïncidence si c’est un roman policier à la française avec une touche d’humour noir britannique. Mon univers est un métissage culturel. Non, je ne nie pas que nous ayons nos différences, non seulement je les accepte mais également je les revendique. Je considère que cela fait partie de notre richesse. Ce n’est pas une déclaration de guerre entre les pays, mais plutôt une déclaration d’amour. D’autant que nous ne pouvons savoir qui nous sommes réellement que lorsque nous nous confrontons à l’autre.
Certes, me direz-vous, Hugo Delatour n’est qu’un personnage policier d’un obscur roman écrit en français, mais c’est aussi un message d’espoir, de tolérance et d’amour.
Comme Hugo, je préfère la lumière à l’obscurité, la vérité au mensonge…

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :